DSK s’en va en guerre…contre les rumeurs

DSK en compagnie du Président des États-Unis lors d'un sommet international

Ira, ira pas…?  C’est la grande question qui agite les férus de politique française, et plus particulièrement les militants socialistes, et encore plus particulièrement les afficionados de Dominique Strauss-Kahn, actuel Directeur général du Fonds Monétaire International. Un début de réponse semble avoir été donné ces derniers jours…

La première pierre lancée dans la marre socialiste – dont la majorité des adhérents voient d’un mauvais oeil la candidature d’un « libéral de gauche » pour la prochaine élection présidentielle – prit la forme d’un documentaire dédié à DSK, diffusé sur Canal + dimanche dernier. Ce dernier était intitulé « Yes we Kahn ». Nous passerons ici les remous provoqués par les critiques adressées au gouvernement grec, qui ont quelque peu écorné l’image internationale du « primairisable » socialiste, pour nous intéresser à l’image qu’a voulu donner le réalisateur de l’élu de Seine-Saint-Denis. En effet, le documentaire s’intitulait « Yes we kahn », soit un mauvais jeu de mot sur le fameux « Yes we can » (Oui, nous le pouvons) du vainqueur de la dernière élection présidentielle américaine.

Mais la ressemblance ne s’arrête pas là. Un site internet – auto-proclamé indépendant – a été mis en ligne en ce mardi 22 mars « Dskvraifaux.fr », visant à contrer les rumeurs sur le candidat socialiste (problèmes de santé graves, relations extra-conjugales…). Cela ne va pas sans rappeler un certain « fightthesmears.com » lancé par l’équipe de Barack Obama pendant la campagne présidentielle américaine et visant également à délester le candidat démocrate du poids de devoir en permanence nier les rumeurs circulant à son encontre.

Coïncidence ou stratégie?

Dominique Strauss-Kahn présente la particularité d’occuper un positionnement relativement identique à celui du président américain, à gauche mais pour l’économie de marché, keynésien et non marxiste, proche du monde de la finance…et ne faisant pas l’unanimité au sein de son parti, s’exposant donc à des critiques et attaques potentielles venant des deux camps.

Il n’en reste pas moins que si Obama a pu faire campagne sur le changement, et l’engouement suscité par la candidature d’un afro-américain, peu connu du grand public et créant une réelle rupture avec la présidence Bush, DSK aura sûrement davantage de difficultés à occuper ce créneau. En effet, il a fait partie du gouvernement Jospin en tant que Ministre de l’Economie et des Finances, est un vieux loup de mer de la politique nationale hexagonale et est souvent présenté comme assez proche de Nicolas Sarkozy en dehors des plateaux télévisés. Par ailleurs, ce dernier a mis en place à l’aube de la crise économique mondiale une politique de relance keynésienne que Dominique Strauss-Kahn a également prôné…

Il faudra sans doute davantage au très probable candidat aux primaires socialistes qu’un documentaire et un site internet pour convaincre son camp…

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Primaires

2 réponses à “DSK s’en va en guerre…contre les rumeurs

  1. Matthew

    Difficile de comparer DSK et Obama quand les systèmes politiques, partisans et électoraux des deux pays sont si différents. Mais je suis ok pour le voir comme un signe que DSK est en campagne. Ce que tout le monde feint d’ignorer pour je ne sais quelle raison…

  2. Certes! Il s’agit juste de comparer des stratégies de positionnement électoral et d’image…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s