Des élections en trompe-l’oeil…?

Quel bilan tirer des élections cantonales qui viennent de se dérouler?

À première vue on pourrait dire sans trop s’avancer : une victoire du Parti socialiste, une défaite de l’UMP et un coup de force avorté du Front national. Mais il semble que les choses soient plus compliquées que cela…

Si avec 36,2% des suffrages exprimés, la victoire du PS est incontestable, alors que l’UMP n’a obtenu que 18, 6%, cette victoire est à relativiser pour deux raisons. Tout d’abord le taux record de 55,22% d’abstention, vient restreindre la portée du score socialiste. De fait, rapporté aux suffrages exprimés le score du PS ne s’élève plus qu’à 16,2% et celui de l’UMP à 8, 3%. Des scores minimes qui ne reflètent en rien l’opinion publique, tant les suffrages exprimés représentent une minorité de citoyens.

Ensuite, si les socialistes ont bel et bien remporté cette élection, leur gain net de sièges reste limité par rapport aux élections de 2004 et 2008, marquées par des victoires incontestables et incontestées de la gauche. Le parti majoritaire à gauche a remporté 4 conseils généraux, la droite un seul. La différence nette est donc de 3 départements remportés par la gauche, ce qui représente donc – même si la gauche a progressé en sièges dans nombre de départements – une avancée mineure. Par ailleurs, l’UMP a réussi à récupérer un département hautement symbolique : le Val d’Oise, qu’il avait perdu en 2008 pour la première fois depuis sa création. Symbolique également puisque que le département est celui de la ville de Sarcelles, bastion de Dominique Strauss-Kahn jusqu’à sa nomination au FMI en 2008.

Enfin, on annonçait avant ces élections et dans l’entre-deux-tours une percée historique et la réussite de la stratégie de Marine Le Pen à la tête du Front national. Qu’en a-t-il été? Pas grand chose si ce n’est qu’il a obtenu un score important de 15,06% au premier tour, qui a résonné comme un avertissement lancé par les électeurs au gouvernement, et qui constitue un signe que le danger existe bien de lancer dans le débat public des thèmes sur lequel le FN n’a plus à démontré son aisance… Cependant le parti d’extrême droite n’a pas réussi à convertir l’essai, n’obtenant que 10% des voix au second tour.

La percée du Front n’aura donc été que médiatique, à défaut de se convertir en sieges dans les conseils généraux. Mais cela pourrait suffire à lui frayer un chemin vers 2012…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s