Archives de Catégorie: Actu Politique

Alain Juppé, l’homme providentiel…?

Alain Juppé compte participer à la réfléxion sur la campagne pour l'élection présidentielle (© TF1-LCI)

Le Ministre des Affaires étrangères, maire de Bordeaux, et ancien Premier-ministre, fait depuis quelques semaines une percée médiatique très remarquée alors que la côte de popularité du Gouvernement peine à redécoller après le battage médiatique autour des primaires socialistes (il est à noter à ce sujet que les chaînes de télévision ont été mises en demeure par le CSA pour non-respect du pluralisme au profit du Parti socialiste).

Alain Juppé était ce mercredi matin l’invité de France Inter – se refusant toujours à aller sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin. Il a ainsi commenté les bisbilles qui se font de plus en vives entre le Premier ministre François Fillon et la Maire du 7e arrondissement de Paris et députée européenne Rachida Dati. Cette dernière, offusquée que le Premier ministre « ose » se présenter aux élections législatives sur son pré carré, a lancé une violente offensive dans les médias à l’encontre du Premier ministre – avec qui elle avait eu de nombreux différents lorsqu’elle faisait partie du Gouvernement.

Le n°2 du Gouvernement a ainsi indiqué qu’il jugeait « ces disputes détestables. Il faut arrêter de s’envoyer des noms d’oiseaux. C’est la défaite assurée pour tout le monde ». Une des voix qui compte à droite, se pose donc en rassembleur et chercher à apaiser les tensions au sein de la majorité, alors que le PS se rassemble derrière son candidat François Hollande. Alain Juppé est considéré comme un recours crédible en cas de non candidature du Président en exercice. Ainsi, 26,8% des Français estiment qu’il serait le plus à même de se présenter en 2012 si Nicolas Sarkozy ne se présente pas, arrivant juste derrière…François Fillon, qui recueille 27% d’opinions favorables (Sondage Ipsos-Le Point du 5 octobre 2011).

À qui prêterait au « meilleur d’entre nous » des ambitions présidentielles, il répond sans équivoque que Nicolas Sarkozy est « le meilleur président pour les années qui viennent« . Alain Juppé précise même « je l’aiderai dans la campagne, je m’engagerai car il faut dire la vérité aux Français ».  Or, on le sait, qui s’engage pleinement dans une campagne participe ensuite à l’Exécutif. Ainsi, François Fillon, principal soutien et contributeur à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 s’est vu remercié par un poste de Premier ministre. Ce mécanisme parait normal puisque le principal soutien d’un candidat à l’élection présidentielle, est en général celui qui connaît le mieux les engagements pris, et est le plus à même de les mettre en application. Cette déclaration est d’autant plus révélatrice que le maire de Bordeaux ne s’était engagé qu’à minima derrière Nicolas Sarkozy en 2007, refusant de s’impliquer totalement dans la campagne.

Alors Alain Juppé Premier ministre? Cela ne paraît pas improbable, à l’heure où les Français attendent qu’on les rassure, et demandent que des réels hommes d’État gouvernent à la destinée du pays. Alain Juppé répond à ces deux critères. De plus, l’ancien Premier ministre aurait également le mérite de rassembler l’ensemble de la famille, tant il fait consensus par sa prise de hauteur et sa distance avec les bisbille partisanes et politiciennes. Enfin, son expérience gouvernementale, sa rigueur couplée d’une réelle allégeance au service de l’État pourrait être appréciée alors que nos compatriotes attendent que l’on redresse l’état des finances publiques afin de ne pas se retrouver dans la situation de la Grèce.

Autant d’arguments qui pourraient plaider en faveur d’un engagement fort d’Alain Juppé dans la campagne pour l’élection présidentielle, faisant de lui un candidat au poste de Premier ministre, à même de répondre à l’image d’homme d’état que cherche à développer François Hollande.

Poster un commentaire

Classé dans Actu Politique, Présidentielle

Le FN en route pour 2012?

Le père Le Pen a laissé la place libre a la fille pour rénover en profondeur le Front National

Inquiètant. C’est le premier adjectif que l’on pourrait attribuer au sondage Ifop-France Soir publié ce vendredi 25 mars.[1] Selon ce sondage, à la question « Pensez-vous que le Front National est un parti comme un autre? », 45% des sondés répondent « oui ». Stupeur. Et gros titres. Mais il ne faudrait pas s’arrêter là dans l’analyse.

Si 45% des Français estiment que le parti d’extrême droite est « un parti comme un autre », cela veut-il dire qu’ils estiment que le Front National est aussi apte à gouverner que n’importe quel parti de gouvernement? Non, certainement pas. En effet, le FN est un parti comme un autre. Il a des statuts, des membres, un comité éxécutif, une présidente…etc. Et il s’inscrit dans la lutte pour le pouvoir et le débat d’idées. Cela ne veut pas dire pour autant que 45% des Français adhèrent aux idées du Front National. Pour preuve, à une autre question de la même étude « Le Front National est-il dangereux pour la démocratie », 64% des sondés répondent par l’affirmative. Même au sein des sympathisants frontistes 17% jugent que le parti dont ils se sentent le plus proche (au niveau des idées) pourrait être nuisible au bon fonctionnement de la démocratie française.

Le quotidien assène un autre chiffre dévoilé par le premier institut de sondage français : 59% des sondés estiment que le FN « aborde des sujets, des thématiques qui [les] préoccupe ». Mais ce constat n’est pas nouveau. Le FN a toujours su mettre en avant des sujets chers aux Français : immigration, mondialisation, Europe, emploi… On se souvient du mot de Laurent Fabius à propos du FN : « Le Front National pose les bonnes questions, mais y apporte les mauvaises réponses ». Le constat est toujours vrai. Les leaders frontistes, père, puis fille, on également le don de forcer le trait en ne s’appuyant pas sur des preuves concrètes, des chiffres, mais plutôt des qualificatifs vagues mais inquiètants « excessif », « énorme », « incontrôlée »…

De plus, ce chiffre est à mettre en rapport avec un second chiffre : à la question de savoir si le FN « propose des solutions efficaces aux problèmes du pays », les sondés ne sont « plus que » 35% à répondre par l’affirmative. On en conviendra ce chiffre reste élevé, mais il n’a plus rien à voir avec les 59% de la question précédente. Et surtout, il ne veut pas dire que le FN obtiendra 35% de voix aux prochaines élections : premièrement parce que les sondés ne sont pas forcément ceux qui iront voter, deuxièmement car un parti peut proposer des solutions efficaces sans pour autant avoir les moyens de les mettre en oeuvre, ou encore de les rendre acceptables par la population.

En revanche, le chiffre important de cette étude est celui résultant de la question : « Pensez-vous que le Front National a pour objectif d’arriver au pouvoir? ». Les sondés sont 84% à répondre « oui ». Ce chiffre est, lui, réellement révélateur d’un tournant majeur dans la stratégie du FN, et du succès de celle-ci. Le FN de l’époque du père ne cherchait qu’à attirer les voix protestataires, sans développer de stratégie crédible pour arriver au pouvoir, son positionnement politique l’empêchant de passer des alliance avec quelconque parti. Le vieux Front de Jean-Marie Le Pen – qui se distinguait par ses réactions vives et à l’emporte-pièce, sa théâtralité et ses déclarations choquantes – a laissé place au Front National nouvelle génération. Ce dernier présente une image plus lisse, plus accomodante, moins choquante, sa chef de fil est avenante, calme, parle bien. Et il y a fort à parier que cela se traduise en terme de votes…


[1] Sondage Ifop – France Soir du Vendredi 25 mars 2011 : http://www.ifop.com/media/poll/1444-1-study_file.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Actu Politique